Nouvel interne ?

Toutes les informations à destination des nouveaux internes de phase socle.

Le DES de Santé publique à Paris

Le site sur la réforme du 3e cycle

PROGRAMME DE RENTREE PROMO 2018

D.E.S.

La prochaine COMMISSION DE VALIDATION DE DES aura lieu Vendredi 12 avril 2019.

Elle concerne directement :

  • Les internes de phase d’approfondissement n’ayant pu se présenter à la commission de validation de phase socle du 20/09/2018
  • Les internes ayant validé leur formation théorique

La prochaine COMMISSION DE VALIDATION DE PHASE SOCLE aura lieu le Vendredi 20 septembre 2019 et concerne directement les internes de phase socle.

Tous les internes sont conviés à ces deux commissions !

Imprimer

Recrutement d’un Master 2 recherche Santé Publique

Écrit par Laura MARTIN.

Projet d’évaluation du service médical rendu par la Maison des Femmes de Saint-Denis

Responsable : Pr Marc Bardou, Réseau Gynécologie et Obstétriques des CIC de l’INSERM.

CHU Dijon-Bourgogne.

Comité de pilotage : Dr Alexandre Dumont (chercheur IRD), Dr Ghada Hatem (médecin chef à la Maison des Femmes), M. Delespine (sage-femme coordinatrice de la Maison des Femmes), Françoise Clavel (épidémiologiste), Violette Perrotte (chargée de projet à la Maison des Femmes)..

Lieu de stage : La Maison des Femmes, Saint-Denis

 

Contexte 

 Les femmes sont, plus fréquemment que les hommes, concernées par des situations de vulnérabilité, que ce soit du fait de parcours migratoires, des violences qui leur sont faites, en France ou dans leur pays d’origine pour les femmes migrantes, ou de la combinaison des deux. La réponse aux problèmes posés par les femmes migrantes et les femmes victimes de violences impose une prise en charge coordonnée, médicale, sociale, judiciaire et face à cet situation plusieurs initiatives ont été mises en place, en particulier depuis 2005 des plans interministériels triennaux de lutte contre les violences faites aux femmes, mais également des initiatives locales.

L’état des lieux des structures existantes en France montre que différents établissements ont mis en place une offre de prise en charge pour les violences, adossée aux urgences, aux services de maternité ou aux unités médico-judiciaires (UMJ). De nombreux centres de planification familiale sont présents sur l'ensemble du territoire, et différentes structures publiques ou privées proposent des services relatifs à la santé sexuelle et reproductive des femmes, voire une chirurgie réparatrice de l’excision.

De son côté le gouvernement a initié une importante entreprise de formation des professionnels de l'urgence au repérage et à la prise en charge immédiate des violences faites aux femmes. Mais aucune structure ne propose, sur un même lieu, un accueil pour toute problématique en lien avec les violences faites aux femmes.

La Maison des Femmes de Saint-Denis accueille depuis son ouverture en juillet 2016 des femmes vulnérables ou victimes de violences. Composée de trois unités, un planning familial, une unité pour femmes victimes de violences et une unité dédiée aux femmes victimes de mutilations sexuelles. Elle offre un accueil indifférencié et une prise en charge globale adaptée au parcours de vie des femmes en difficulté, avec ou sans rendez-vous, permettant une prise en charge médicale, un suivi psychologique particulièrement axé sur la prise en charge des psycho-traumatismes, complété d’un accompagnement sexologique, social ou juridique. Cette offre pluridisciplinaire bénéficie d’une coordination dédiée par une sage-femme spécialisée, et s’enrichit d’une offre corporelle (ostéopathie, massages médicalisés) ainsi que d’ateliers d’amélioration de l’estime de soi. Après un an et demi d’existence de la maison des femmes il apparaît nécessaire de mettre en place une évaluation ex-post du service rendu. L’objectif principal de l’étude est de réaliser une cartographie précise des profils, des parcours et des motifs de recours, des femmes qui consultent à la MdF. Même si le recul est court nous nous attacherons à réaliser une étude d’impact de la MdF, par rapport aux structures existantes

 

Objectifs de l’étude. 

Objectif principal : effectuer une cartographie des femmes venant consulter à la MdF, en précisant l’origine, le parcours et le motif de recours aux soins.

Objectifs secondaires :

  1. évaluer l’impact de la coordination et de la simplification des parcours sur le devenir des femmes victimes de violences.
  2. mesurer l’efficacité d’un accueil inconditionnel dans un lieu unique.
  3. Poser les bases d’une évaluation du modèle économique.

 

Méthodologie

Pour décrire le profil des femmes qui sollicitent la Maison des Femmes via une de ses trois unités (planning, violences, mutilations), nous avons effectué une première phase de 6 mois de recueil prospectif exhaustif de l’ensemble des caractéristiques des femmes passant la porte de la Maison des Femmes, incluant leur motif premier de consultation.

Les femmes ont été interrogées sur leur parcours de vie, leur parcours migratoire si nécessaire, leur histoire familiale et médicale, ainsi que sur la raison principale et les raisons annexe de recours à la maison des soins.

L’étude d’impact sur la santé des femmes du parcours de soins proposé se fera en comparant un groupe de patientes prises en charge au sein de l’unité planification familiale de la Maison des Femmes à un groupe de femmes témoin recrutées dans deux centres de planification familiale de la ville de Saint-Denis. Ce groupe témoin sera issu du même territoire de santé (de façon à ajuster sur différents facteurs comme le niveau socio-économique, l’offre de soins disponible, l’infrastructure locale). Les femmes, au nombre de 50 dans chaque groupe, seront évaluées 3 et 6 mois après leur passage dans une des structures évaluées.

L’étude d’impact comportera à la fois un volet qualitatif visant à évaluer le degré de satisfaction des patientes, les atouts et faiblesses ressenties pour les différentes structures, et un volet quantitatif, permettant d’apprécier l’impact de la multidisciplinarité (médicale, sociale et psychocorporelle) sur le quotidien (santé, errance) et sur le cycle des violences avec ou sans suivi par la Maison des Femmes. Cet impact sera mesuré par différents indicateurs quantitatifs, nombre de consultations aux urgences, de jours d’arrêt de travail, de femmes ayant porté plainte ou ayant bénéficié de la permanence juridique, nombre de femmes ayant quitté le domicile conjugal, consommation de médicaments psychotrope. L’analyse principale portera sur le nombre de consultations aux urgences, et le nombre de jours total d’arrêt de travail sur la période concernée

De façon à ne pas biaiser les résultats, nous inclurons dans l’étude, de façon consécutive, toutes les femmes prises en charge dans une des structures d’accueil et qui acceptent de participer à l’étude, à concurrence de l’effectif attendu.

Pour l’analyse d’impact, nous nous attacherons à ce que le profil des femmes prises en charge en dehors de la maison des femmes

Dans un contexte de contrainte des ressources budgétaires destinées à la prise en charge médicale et sociale, nous nous attacherons à construire une évaluation médico-économique du modèle de prise en charge proposée par la Maison des Femmes.

 

Plan d’action 

La première étape a été complétée en mars 2018. Elle consistait en la distribution d’un questionnaire détaillant le profil des patientes et la raison de leur venue à La Maison des Femmes, avec une partie à remplir avant, et une après la consultation. Les questions portent sur la raison initiale de venue de ces femmes, et le service demandé, ainsi que sur leur satisfaction par rapport à ce premier rendez-vous ; sur leur sentiment de sécurité ou de danger, leur vécu quant à la prise en charge des violences (ont-elles porté plainte, ont-elles quitté le domicile conjugal, etc.) et leur santé mentale (ont-elles des flashbacks, des cauchemars, des insomnies, etc). Ce questionnaire nous permet:

1/ de décrire le profil de nos consultantes

2/ de valider la pertinence du soin comme porte d’entrée pour l’accès à l’ensemble des violences

Les réponses aux questionnaires ont été analysées et sont entrain d’être compilées dans un document qui sera prêt d’ici fin avril.

La deuxième étape consistera à évaluer l’impact de l’offre de soins, en particulier de la coordination des parcours, sur le devenir des patientes. Il nécessite un suivi à plus long terme et des entretiens de longue durée.

Pour cela nous recruterons un groupe témoin dans 2 centres de planification, à Aubervilliers et à Saint-Denis, auquel nous poserons le même questionnaire initial. Nous suivrons ces deux échantillons de patientes en leur posant un questionnaire de suivi à 3, 6 puis 9 mois, et comparerons le devenir de ces deux cohortes en termes de santé globale, de précarité, de stress, de situation sociale et d’exposition aux violences. Les indicateurs de suivi sont ceux détaillés dans les objectifs.

 

Mode opératoire

 L’évaluation sera menée par V. Perrotte et supervisée par F. Clavel et A. Dumont pour la phase 1. L’analyse des données de la phase 1 a été réalisée par Nelly Beaubeau.

La phase 2 de ce projet sera le sujet de stage pour le M2R épidémiologie et santé publique.

 Les candidatures sont à envoyer à : marc.bardou@u-bourgogne.f

Suivez-nous !

Suivre notre flux RSSRetrouvez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur Google+Rejoignez-nous sur LinkedInAbonnez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire

En savoir plus

Nous contacter

Association des Internes de Santé Publique d'Île-de-France

Formulaire

Vie de l'association

Statuts et réglement intérieur du SPI

Statuts

Réglement intérieur

Liste des membres du CA et Bureau du SPI

CA et bureau 2018-2019

Les comptes-rendus du CA du SPI

Comptes-rendus

Nos partenaires

Macsf grand logo nouveaula medicale 300px 73px

Autres liens utiles

logoCLISP   LogoSIHP   APHP